Le but est le chemin
Chemins qui ne mènent nulle part , entre deux prés , que l'on dirait avec Art de leur but détourné
Chemins qui souvent n'ont , devant eux , rien d'autres en face que pur espace et la saison
Rainer Maria Rilke ( 1924)

Translate

samedi 7 juin 2014

Les aiguiers d'Auribeau , bories des anciens vergers les Dégoutaux par le hameau des Grands-Cléments





Les aiguiers d'Auribeau  depuis le hameau des Grands-Cléments n°13
On peut également partir de la ferme des Noyers 
Sur ce parcours on peut voir plusieurs bories dont deux dans un grand et imposant    enclos de pierres sèches de 2 mètres de haut et d'une largeur non négligeable , où sont intégrés une petite cabane de chasse " petite borie haute et pointue avec une auge devant plus haut une autre borie plus importante et ronde à couverture plate , 50 m plus haut dans la garrigue une autre cabane borie de chasse presque cachée dans les arbres 
Au lieu dit les Dégoutaux d'autres bories "dont une occupée par un berger ",  ruines et maset de chasse avec sa citerne et bassin d'eau pour les animaux   
Plus loin dans le virage d'une combe une grande borie de pierres sèches de quatre pièces en enfilade rectangulaire très bien conservée 
Chaque pièce est couverte d'une coupole , où seule celle de la première pièce ( entrée ) est ouverte à l'air libre , car équipée d'un foyer , pour laisser s'échapper les fumées 
Deux passages de portes et une pièce à droite trapézoïdale, avec une petite ouverture , le linteau de la porte d'entrée est gravé 1771 
Les aiguiers d'Auribeau 
Sur une grande dalle de pierre , ont été creusés , deux bassins dans le rocher , avec de profondes rigoles " saignées " de récupération des eaux de pluie avec entre les deux , une grande auge -conque taillé dans un bloc de pierre 
La dalle a été découpée en dents de scie " preuve d'extraction de pierres qui auraient servit à la construction du clocher du village de Villars 
La région de St Saturnin-Lès-Apt présente une concentration exceptionnelle d'aiguiers de tous types 
Ils étaient souvent les seuls points d'eau alimentant les fermes 
De nos jours , l'eau courante alimente nos habitations , mais il n'en a pas toujours été ainsi
Sur les plateaux calcaires , l'eau est très rare et ceux là même qui ont mis en oeuvre la  pierre sèche , creuseront les aiguiers , dans le rocher afin de recueillir cette eau de pluie  qui ruisselle sur les grandes dalles de calcaire " ou  impluvium "
Ici plusieurs types : aiguier en plein air facile d'accès aux troupeaux ou au gibier , aiguier couvert d'un toit en pierre où l'eau se maintient plus fraîche et propre 
Au cours de promenades sur les sentiers de St Saturnin-Lès-Apt , vous allez forcement rencontrer des bories , des aiguiers , des enclos restanques et clapiers ( pierres en tas , vous rappelant qu'il n'y a pas si longtemps jusqu'en 1914 la montagne était habitée et offrait une vie rude où la terre était pauvre et les famille nombreuses 
De cet environnement est né une architecture de nécessité , qui consistait d'abord à épierrer les champs pour en libérer la terre , la récupération de cette pierre servirait à construire les cabanes : les bories 
Sans toiture ,  sans fenêtre ni enduit , elles étaient utilisées pour abriter les animaux , les outils et les hommes , car la distance était grande de leur champs à leur demeure 
La construction des cabanes en pierres est tout un art , ne construit pas une borie qui veut !
Cette technique dite de la pierre sèche remonterait à la fin du néolithique , mais les cabanes actuelles quoique plusieurs fois centenaire n'atteindraient pas les âges que certains ont bien voulu leur attribuer , car un mur , restanque ou cabane cabane exige chaque année qu'on les reprenne ce qui en fait une architecture fragile et éphémère , il nous faut donc respecter à tout prix ce magnifique et fragile patrimoine 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire