Aussi longtemps que je vivrai, j'entendrai les chutes d'eau, le chant des oiseaux et du vent, j'apprendrai le langage des roches, le grondement des orages et avalanches. Je me livrerai aux glaciers et aux fleuves sauvages et je resterai aussi près que possible du coeur du monde. Et qu'importe la faim, le froid, les travaux difficiles, la pauvreté, la solitude, les besoins d'argent, le souci d'être connu
John Muir " Un été dans la Sierra "

Je suis également présente sur mon blog photo " Clic sur l' image pour y accéder "

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Photographier ou peindre , c'est aimer autrement ....

Translate

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Photographier ou peindre , c'est aimer autrement ....
Risque incendie et accès aux massifs ( Vaucluse ) 04 28 31 77 11

Ma liste de matériel pour une rando/bivouac en solo et autonomie complète pour plusieurs jours

Ma liste de matériel pour une rando/bivouac en solo et autonomie complète pour plusieurs jours
Ma liste de matériel pour une rando/bivouac de plusieurs jours en autonomie complète ( CLIC) image

jeudi 14 septembre 2017

Les Cascades du Sautadet " La Roque Sur Cèze " Gard "

Village de la Roque sur Cèze " billet  publié ICI "
Pont Charles Martel  sur  la Cèze
Panneau invitant à la prudence face aux cascades
Le pont Charles Martel et la rivière Cèze
Les cascades du Sautadet 
Sur 500 m ( env ) la rivière Cèze à creusé  avec violence son passage dans un plateau calcaire vieux de 5 millions d'années des cavités qui se rejoignent et forment des crevasses dans laquelle la fougueuse Cèze s'engouffre , la rivière par ses  passages tumultueux ( parfois en furie )  , laisse  derrière elle des marmites de géant ou autres cavités où l'eau bouillonne 
Le nom de Sautadet se réfère à la mythologie grecque du Saut de Hadès " le Dieu des Enfers "
Le dicton : A la Roque le diable s'y croque .
Malheureusement début septembre la rivière Cèze était assez timide en débit , le bon coté cette insuffisance d'eau laisse apparaître le travail de creusement  de l'eau sur le calcaire 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ambulo ergo sum
Gassendi