Le but est le chemin
Chemins qui ne mènent nulle part , entre deux prés , que l'on dirait avec Art de leur but détourné
Chemins qui souvent n'ont , devant eux , rien d'autres en face que pur espace et la saison
Rainer Maria Rilke ( 1924)

Translate

vendredi 12 février 2016

L'abbaye cistercienne de Sylvacane " La Roque d'Anthéron "Bouches-du-Rhône "











Ci-dessous : Diaporama




L'abbaye cistercienne de Sylvacane
L'abbaye s'étend au bord de la Durance , aux portes de la Roque - d'Anthéron
Elle se compose d'une église , d'un cloître et de bâtiments conventuels
Son nom : une forêt " Sylva " de roseaux " cana " c'est au 11 es que les moines de St Victore de Marseille choisirent ce lieu pour s'y établir
Une histoire conflictuelle :
C'est un groupe de cisterciens de Morimond  qui prit en main l'abbaye de Silvacane dès son affiliation à l'ordre de Cîteaux et effectua les travaux de bonification des terres environnantes
Toutefois , à la fin du 13 es , un violent conflit opposa les moines de Silvacanne à ceux de Montmajour , les moines en vinrent aux mains et quelques cisterciens de Sivacanne furent même pris en otages par leurs collègues
Il fallu un procès pour que l'abbaye soit rendue à ses légitimes occupants
Protégée par les grands seigneurs de Provence , l'abbaye  prospéra, pour fonder à son tour une filiale à Valsainte , près d'Apt
Mais le sac de 1358 par le seigneur d'Aubignan  et les grandes gelées de 1364 qui anéantirent les récoltes d'olives et de vin entraînèrent le déclin et en 1443, l'abbaye était annexée au chapitre de la cathédrale d'Aix
Devenue église paroissiale de la Roque -d' Anthéron au début du 16 e s , elle subit des dégradations pendant les guerres de religion
Lorsque la  Révolution éclata , les bâtiments étaient à l'abandon , vendus comme bien national , ils furent transformés en ferme
Depuis le rachat par l'état , juste après la seconde guerre mondiale , ils ont été  progressivement restaurés , ainsi , sur des fondements découverts en 1989 ont été restitués à l'ouest , des bâtiments monastiques ;le mur d'enceinte ainsi que l'hôtellerie des moines
L'église
D'une grande sobriété , elle fût construite entre 1175 et 1220  sur un terrain en pente , d'où les décalages de niveau   qui frappent lorsque l'on observe la façade occidentale , percée de nombreuses ouvertures ; le portail central , et les deux portes latérales sont surmontées de trois hautes baies et d'une rosace , aujourd'hui en partie abîmée
La nef de trois travées se termine par un chevet plat
Sur chacun des bras du large transept  se greffent deux chapelles
Le cloître Il date de la seconde moitié du 13 e s
Cependant , les voûtes de ses galeries demeurent romanes
De puissantes arcades en plein cintre , jadis ornées de baies géminées ouvrent sur le préau
Les bâtiments conventuels
A l'exception du réfectoire , ils furent construits entre 1210 et 1300
Toute en longueur , l'exiguë sacristie jouxte l'armarium ( bibliothèque ) , situé sous le croisillon nord du transept
La salle capitulaire avec ses six voûtes d'ogives retombant sur deux piles centrales rappelle Sénanque
Après le parloir , servant de passage vers l'extérieur , vient le chauffoir qui a conservé sa cheminée
A l'étage se situe le dortoir
Le magnifique réfectoire  a été reconstruit au 14 e s , avec de hautes fenêtres et une large rosace dispensant abondamment la lumière indispensable au lecteur , dont la chaire  a été conservée
Ses chapitaux sont plus ornés que ceux des autres salles
Le bâtiment des convers ,  a , quant à lui , complètement disparu
Les archéologues estiment qu'il était accolé au mur ouest du cloître
Des fouilles ont permis de dégager à l'extérieur , les vestiges de la porterie et du mur de clôture de l'abbaye Abbaye de Montmajour " été 2013" en clichés et diaporama
Abbaye de Montmajour " hiver 2014 " en clichés et diaporama 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire